Actualités

©

lundi 19 juin 2017

Nouvelles mises en examen pour Lucette Michaux-Chevry

La présidente de la CASBT était convoquée lundi matin, dans le bureau du magistrat en charge du dossier financier de la communauté d’agglomération du sud Basse-Terre, pour se voir notifier ses mises en examen. Pour mémoire, le déferrement de l’élue avait été suspendu le 26 avril dernier, suite au malaise dont elle avait été victime.

Lucette Michaux-Chevry a donc été mise en examen ce matin, dans le dossier de la communauté d’agglomération du sud Basse-Terre. Ce nouvel épisode était attendu dans le feuilleton judiciaire de la CASBT. La présidente de Grand-Sud Caraïbes, a été présentée au parquet du chef-lieu. C’est le prolongement de l’enquête qui avait valu Lucette Michaux-Chevry d’être placée en garde à vue il y a quelques semaines, le 26 avril dernier, durant une journée entière. Son déferrement avait dû être interrompu, ce soir-là, pour raison de santé. L’élue basse-terrienne avait été victime d’un malaise qui avait nécessité son hospitalisation au CHBT, entrainant donc la suspension de son déferrement.  

Cette convocation est une suite logique, à l’issue de laquelle, la présidente de la CASBT devrait se voir notifier sa mise en examen, dans cette affaire, assortie sans doute d’une mesure de contrôle judiciaire.

La présidente de la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbes est soupçonnée, avec les autres protagonistes de détournements de fonds publics, association de malfaiteurs, escroquerie en bande organisée, prise illégale d’intérêt, faux et usage de faux de documents administratifs, dans le cadre de ce dossier. Ce sont principalement les chefs des mises en examen qui lui ont été notifiées.

Réactions des avocats de Lucette Michaux-Chevry