Actualités

©

lundi 12 mars 2018

Tirs mortels à Baie-Mahault : le conducteur tué toujours pas identifié

L'enquête suit son cours après la mort du conducteur d’une voiture faussement immatriculée dimanche soir à Dalciat Baie-Mahault. Un gendarme a fait usage de son arme alors que l'individu tentait visiblement de se soustraire à un contrôle routier. Placé en garde à vue, il a été relâché ce lundi matin.

Le gendarme a du s'expliquer sur ses tirs en direction de cette voiture, dont le conducteur refusait de se soumettre au contrôle, et qui  lui a foncé dessus hier soir, derrière la station de Dalciat au Lamentin. Sa garde-à-vue a été levée sur décision du parquet de Pointe à Pitre.

Y a-t-il eu légitime défense ?

Ce sera tout l’objet de l’enquête judiciaire diligentée dès hier soir auprès de la brigade de recherche de la gendarmerie. Selon les premiers éléments, cette fameuse voiture, une Peugeot 2008 grise, était surveillée depuis quelques jours. Munies de fausses plaques d’immatriculation, elle avait été signalée par des victimes de cambriolages ou de vol avec violences, dans un secteur compris entre Baie-Mahault et Sainte-Rose.

Les gendarmes repèrent la voiture

Et hier soir, sur le coup des 21 heures, cette patrouille de gendarmes en uniforme, mais circulant à bord de leur véhicule banalisé, tombait nez-à-nez avec cette voiture recherché. L’un des militaires en descendait pour tenter de contrôler le conducteur. Il lui aurait formulé les sommations d’usage, avant que l’intéressé ne lui fonce dessus. C’est à partir de ce moment là que le militaire aurait fait usage de son arme de service, en direction du véhicule.

7 tirs au total

Deux impacts de balles auraient été constatés sur le conducteur décédé. Ce dernier, de type caucasien, n’a toujours pas été identifié. Son véhicule était doublement faussement immatriculé. Une plaque d’un véhicule volé ayant été retrouvée sous la nouvelle fausse plaque.