Actualités

© STEPHANE DE SAKUTIN - Photographe : AFP/Archives

mardi 13 mars 2018

L'Insee confirme une accélération de l'emploi privé en France en 2017

STEPHANE DE SAKUTIN - Photographe : AFP/Archives
La ministre du Travail Muriel Penicaud salue une "dynamique forte, extrêmement encourageante". Photo prise le 12 janvier 2018 à Paris

L'économie française a créé, en net, 268.800 postes salariés (+1,1%) en 2017, a annoncé mardi l'Insee, des chiffres "extrêmement encourageants" selon le gouvernement malgré encore des "difficulté de recrutement" dans certains secteurs.

Dans le privé, ces chiffres définitifs traduisent une accélération du marché de l'emploi, avec 277.700 créations (+1,5%), après 236.300 créations en 2016 et 103.100 en 2015. Les entreprises françaises avaient détruit des emplois lors des trois années précédentes.

En revanche il y a eu 8.900 destructions d'emplois dans la fonction publique (-0,2%) en 2017.

La France employait 25,07 millions de salariés fin 2017, dont 19,28 millions dans le privé, des effectifs record.

"C'est la plus forte hausse depuis 10 ans", s'est réjouie la ministre du Travail Muriel Pénicaud, saluant une "dynamique forte, extrêmement encourageante". Mais, selon elle, il faut désormais s'attaquer aux "difficultés de recrutement" rencontrées par les entreprises de certains secteurs.

L'année s'est conclue par 72.700 créations de postes (+0,3%) au 4e trimestre, tous secteurs confondus, 82.300 dans le privé (+0,4%).

Sur le trimestre comme sur l'année, les services et, dans une moindre mesure l'intérim, ont été les locomotives de l'emploi. Le secteur tertiaire marchand a créé, hors intérim, 169.500 postes sur l'année (+1,5%), et l'intérim 56.200 (+8,2%). Avec 743.400 postes, l'intérim a atteint un record fin 2017.

La construction (+30.100, +2,3%) et l'industrie (+1.100, +0,0%) ont connu, quant à elles, leur première année dans le vert respectivement depuis 2008 et 2000. La hausse dans leurs effectifs est encore plus marquée si l'on inclut les intérimaires: +2,5% dans la construction, +0,5% dans l'industrie.

Paul DEFOSSEUX - Photographe : AFP
268 800 emplois créés en 2017

"C'est la preuve que l'industrie française a son avenir devant elle", a commenté Bruno Le Maire, ministre des Finances, en marge d'une réunion à Bruxelles.

Auparavant, les chantiers avaient détruit environ 200.000 emplois en huit ans, les usines près d'un million en 16 ans.

L'agriculture (+5.000, +1,7%) et les services non marchands (+6.900, +0,1%) ont aussi vu leurs effectifs augmenter sur l'année. Mais pour les services non marchands (associations, fonction publique...), l'année s'est terminée sur une baisse au 4e trimestre (-7.700, -0,1%), alors que le secteur est touché par une baisse drastique des prescriptions de contrats aidés depuis l'été.

La tendance favorable du marché de l'emploi s'inscrit dans le sillage d'une économie française dont le PIB a crû de 2,0% en 2017.

Sur l'année, les créations de postes ont permis au taux de chômage de baisser de 1,1 point, à 8,9% de la population active en France entière, selon des chiffres publiés en février par l'Insee. Selon l'Institut, le nombre de chômeurs a baissé de 298.000 sur l'année (-10,1%).

La baisse du chômage est nettement moins marquée si l'on se fie aux chiffres de Pôle emploi. Le nombre d'inscrits chez l'opérateur public n'exerçant aucune activité n'a baissé que de 9.800 personnes (-0,3%) en France entière.

La divergence des deux thermomètres du chômage est due au fait qu'ils ne mesurent pas le chômage de la même manière: l'Insee, dont l'indicateur est utilisé pour les comparaisons internationales, réalise une enquête auprès de 110.000 personnes, tandis que Pôle emploi publie le nombre de personnes inscrites sur ses listes.