Actualités

©

dimanche 27 mai 2018

Kévin Doure de nouveau jugé en Martinique

Kévin Doure, le Pablo Escobar martiniquais et 9 autres personnes seront jugés à partir de demain (lundi 28 mai 2018) par la cour d'assises de la Martinique sous le régime de la Juridiction Interrégionale Spécialisée.

Kévin Doure revient devant la justice en Martinique. Le Joséphins de 32 sera jugé cette fois ci par une cour d'assises spécialisée. Ce procès concerne des faits de trafic de cocaïne entre le Venezuela et la France Hexagonale.

L'ordonnance de mise en accusation fait du martiniquais le patron incontesté d'un réseau qui aurait permis d'importer plusieurs tonnes de poudre blanche vers l'Europe. Il était capable de "répondre en quelques heures à une commande de plusieurs centaines de kilogrammes", observe le juge d'instruction chargé de l'enquête.

Le démantèlement de cet important réseau en 2013 s'est notamment appuyé sur des échanges électroniques entre Kévin Doure et ses associés sur la messagerie BlackBerry messenger (BBM). Des conversations tellement importante que Doure a tenté de détruire l'un des téléphones récupérés par les enquêteurs. Le trafiquant présumé avait essayé de mordre le téléphone avant de l'écraser avec ses pieds. Pour autant, les avocats de la défense estiment que les informations récoltés lors de l'investigation du mobile ne sont pas recevables. « Les informations sur les BBM n’ont pas été récoltées dans des conditions juridiques satisfaisantes », plaide au journal Le Parisien Me Yassine Yakouti, l’avocat d’un des accusés.

Ces conversations ont néanmoins permis d'identifier les contacts Venezuelien du Martiniquais. En octobre 2013, quelques jours avant la chute du réseau, l'un d'entre eux avait été interpellé à l'aéroport d'Orly en possession de 335 260 euros, au lendemain d’un rendez-vous où Kevin Doure lui aurait remis 200 000 euros.

La saisie du Havre

En fait c'est sur le port du Havre que les enquêteurs auront la confirmation de l'importance du trafic. Toujours en octobre 2013, les policiers comprennent que les trafiquants utilisent la technique du rip off. C'est à dire qu'ils chargent la drogue dans des conteneurs juste avant leur départ de Fort-de-France. 493 kilos de cocaïne sont finalement saisi sur les ports de Fort-de-France et du Havre à quelques jours d'intervalle. Un docker martiniquais est interpellé. Passé aux aveux depuis, il sera lui aussi sur le banc des accusés lundi matin. Les dockers havrais font quant à eux l'objet d'une autre procédure.

Kévin Doure et la plupart de ses complices identifiés sont interpellés le 31 octobre 2013. Parmi les 9 personnes renvoyés devant la cour d'assises trois Venezuelien manquent à l'appel.

Il s'agit du deuxième procès de Kévin Doure pour trafic de stupéfiants. En octobre 2016, le tribunal correctionnel de Fort-de-France l'avait déjà condamné à 10 ans de prison ferme pour association de malfaiteur. Ce procès concernait la détention et le vol d'une tonne et demi de cocaïne sur le territoire martiniquais. Une décision confirmée en appel le 6 juillet 2017.