Actualités

©

vendredi 28 avril 2017

Présidentielle 2017 : "Pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce que je vais faire" au 2ème tour (Mélenchon)

Jean-Luc Mélenchon ne votera pour la candidate du Front National au deuxième tour de la présidentielle. Néanmoins, il ne dit pas explicitement pour qui il votera afin de préserver l'unité de "la France insoumise". Cinq jours après la cure de silence qu'il s'était imposé, Jean-Luc Mélenchon, comme prévu ce vendredi, a levé un coin du voile sur la position qui sera la sienne le 7 mai prochain, lors du second tour de la présidentielle 2017.

Sur sa chaine Youtube, le leader de la France insoumise a refusé de se prononcer en faveur d'Emmanuel Macron. Il a toutefois indiqué clairement qu'il ne votera pas pour le Front National ajoutant "tout le monde le sait".

"Ce que je vais voter, je ne vais pas vous le dire, il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour deviner ce que je vais faire, mais je ne le dis pas pour que vous puissiez rester regroupés".

Si l'on comprend bien, c'est seulement pour ne pas porter atteinte à l'unité de son mouvement "la France Insoumise", et des sept millions d'électeurs qui ont porté leur suffrage sur son nom, qu'il ne dit pas ce que sera son vote.

Et il s'agit encore moins pour lui de donner une consigne de vote en faveur d'Emmanuel Macron. Ayant d'ailleurs précisé qu'il ne votera pas pour le Front National, et donc pas pour Marine Le Pen.

Mais qu'on ne s'y méprenne pas, Jean-Luc Mélenchon n'entend pas se retirer de l'arène. Il veut d'une certaine manière peser sur les législatives qui vont suivre en juin prochain.

"Je ne me retire pas de la vie politique, je ne pars pas en retraite, je ne suis pas dépressif, je suis au combat et j'y reste, je crois que je vais diriger la manoeuvre pour les élections législatives parce qu'il faut une force conquérante".



Avec 27,36% des suffrages, Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête du 1er tour en Martinique devant Emmanuel Macron et François Fillon.


Porte-parole de la "France Insoumise" en Martinique, Thierry Renard déclare se reconnaître parfaitement dans la prise de position du candidat à la présidentielle.

Il considère que l'on est en face à deux "ségrégationnistes" au second tour. Un "ségrégationniste financier" avec Emmanuel Macro et un "ségrégationniste raciste" avec Marine Le Pen.

Pour Thierry Renard, il faut cependant aller voter au second tour. "Nos ancêtres qui se sont battus pour obtenir le droit de vote ne comprendraient qu'on aille pas voter", déclare-t-il.
Jean-Philippe Ludon,
@jpludonrci